Académie Supérieure d'Enseignement Des Médecines Holistiques

Bienvenue

L’Académie Supérieure d’Enseignement Des Médecines Holistiques vous souhaite la bienvenue dans son blog.

Vous retrouverez dans ce blog des articles d”intérêt dans les domaines de la santé. Visitez-nous souvent pour découvrir nos dernières nouvelles, nos conseils et nos coups de coeur.

Vous pouvez visiter notre site sur www.asmh.ca

Calendrier

July 2019
M T W T F S S
« Dec    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  
régime
compléments alimentaires

la spiruline

1. QU’EST- CE QUE LA SPIRULINE ?
C’est un petit être aquatique (0,3 mm de long), vieux comme le monde dont le nom scientifique est “cyanobactérie Arthrospira platensis” (ne pas confondre avec la cyanobactérie marine dénommée scientifiquement “Spirulina subsalsa”), qui vit de photosynthèse comme les plantes et prospère naturellement dans les lacs salés et alcalins des régions chaudes du globe. Nourriture traditionnelle des Aztèques du Mexique et des Kanembous du Tchad, plus riche en protéines que la viande, la spiruline est maintenant cultivée dans de grandes usines aux U.S.A., en Inde, en Chine, en Thaïlande, etc., car on lui découvre toujours plus de qualités intéressantes pour l’alimentation et la santé, tant pour les hommes que pour les animaux. Par exemple un enfant souffrant de kwarshiorkor (malnutrition) peut être rétabli en lui donnant une cuillérée par jour de spiruline pendant un mois. La spiruline renforce les défenses immunitaires et allège les souffrances des personnes atteintes du Sida. Elle permet aux tuberculeux de mieux supporter leur traitement. La spiruline est aussi utilisée comme ingrédient actif en cosmétique.
Dans la nature, la spiruline n’a besoin pour “pousser” que d’une cuvette argileuse retenant une eau saumâtre et alcaline, sous un climat chaud, et de quelques déjections animales. Les flamants roses de l’espèce “minor” (les plus nombreux) fournissent l’apport en déjections et l’agitation nécessaire pour assurer la croissance de la spiruline naturelle qui est leur aliment exclusif, notamment dans des lacs d’Afrique de l’Est (Rift Valley). La spiruline se présente sous forme de filaments constitués de cellules juxtaposées. La reproduction de la spiruline, asexuée, se fait par division des filaments. La culture industrielle de la spiruline est intensive et très technique. Son produit final, séché par atomisation, est inférieur en qualité au produit frais, et même au produit séché artisanalement, et ne plait pas à certains consommateurs qui lui trouvent une odeur forte. De plus il n’est pas à la portée des populations qui en ont le plus besoin. Pour des détails sur les caractéristiques, les vertus, la fabrication industrielle et le marché de la spiruline, nous vous renvoyons aux ouvrages les plus récents disponibles sur ces sujets, dont le classique “Earth Food Spirulina” de Robert Henrikson, édité par Ronore aux U.S.A (1997) et ceux de Jacques Falquet : “Spiruline, Aspects Nutritionnels”, Antenna Technologie, Genève (1996), de Ripley D. Fox : “Spiruline, Production & Potentiel”, Editions Edisud (1999), sans oublier “Spirulina Platensis (Arthrospira), Physiology, Cell biology and Biotechnology”, d’Avigad Vonshak, aux Editions Taylor & Francis (1997).
“Earth Food Spirulina” est maintenant disponible sur http://www.spirulinasource.com/ avec mise à jour permanente. L’usine hawaïenne est décrite dans http://www.cyanotech.com/.
La plus grande usine chinoise Yunnan Spirin Co est décrite dans http://www.chinapages.com/yunnan/kunming/spirin/spirin_i.html et http://www.luf.org/~melrod/fp3/spiru.htm.
Voir aussi évidemment les publications d’Antenna Technologie sur www.antenna.ch.

2. INFLUENCE DU CLIMAT
Les deux paramètres fondamentaux qui contribuent à constituer le climat sont les températures et la pluviométrie. Il ne faut pour autant pas négliger les vents dominants, par exemple le mistral en vallée du Rhône, qui peuvent avoir des conséquences importantes sur l’évaporation d’un bassin de culture, sur la température de l’eau ou la “pollution” de ce bassin par tous les débris et les poussières qu’il peut entraîner. De même certains éléments comme les haies, la présence de barres rocheuses, de forêts, etc. peuvent entraîner des conséquences importantes sur le microclimat, conséquences qu’il sera bon d’évaluer avant l’implantation d’un bassin… comme d’un jardin potager.

2.1 Température
Les premiers repères concernant les températures sont à peu près les mêmes que pour l’homme, 37°C : température idéale pour pousser. Au-dessus, c’est trop chaud (43°C peut être mortel). En dessous, la vitesse de multiplication baisse avec la température. A 20°C la croissance est pratiquement stoppée. La température du milieu de culture doit donc se situer entre ces deux températures. Plus la “saison” est longue, plus la période de récolte est longue. Les climats continentaux ou d’altitude sont désavantagés.
Le handicap d’un climat trop froid peut être compensé artificiellement, comme pour tous les végétaux. La construction de bassins sous serre peut être d’autant plus intéressante que cet abri constitue non seulement une protection contre le froid, l’évaporation, les insectes et les poussières mais aussi contre les pluies diluviennes, comme les orages, qui peuvent faire déborder les bassins et donc provoquer une perte, ou au moins une dilution du milieu de culture.

2.2 Pluviométrie
La conduite de bassins de culture nécessite un minimum de ressources en eau. Les eaux de pluie sont intéressantes car propres et neutres (pas de minéraux en solution). Sous les climats à faible pluviométrie, ou à saison sèche longue, il peut être nécessaire de prévoir une citerne pour stocker de l’eau de pluie et compenser ainsi l’évaporation des bassins. Là encore, il faut un “juste milieu”. Les excès de précipitations devront être prévus en construisant des bassins plus profonds ou en les protégeant. Le manque d’eau est évidemment rédhibitoire. La carence en eau de pluie peut être compensée par l’utilisation d’eaux de provenances diverses, et plus ou moins “chargées” (rivière ou fleuve, nappe phréatique, eaux usées…). Il faudra alors tenir compte de la qualité de l’eau dans la mise au point, puis l’entretien du milieu de culture. La présence d’une couverture translucide au-dessus des bassins pour éviter une dilution du milieu de culture est une bonne solution dans les régions à fortes précipitations.

2.3 Climat idéal
Il existe des climats idéaux où il ne fait jamais froid et où les pluies sont harmonieusement réparties et compensent l’évaporation, comme par exemple certains points du versant Est des Andes. Un autre type de climat idéal est le désert au pied de montagnes qui assurent un large approvisionnement en eau, comme par exemple le désert d’Atacama au Chili. L’eau consommée par un bassin sert surtout à maintenir la culture en dessous de 40°C, par évaporation. Dans un climat désertique sans eau la culture est impossible (sauf à importer de l’eau), alors que dans un climat frais la culture sous serre est facile avec une faible consommation d’eau.

2.4 Saisonnalité
Dans les régions tempérées, l’hiver est généralement trop froid pour cultiver la spiruline, sauf avec chauffage et éclairage artificiels trop coûteux. Même dans des régions chaudes un arrêt annuel peut être rendu nécessaire par l’importance des pluies ou de la sécheresse ou par les vents de sable à certaine saison. La culture de spiruline sera donc souvent saisonnière. Durant la mauvaise saison, une “souche” de spiruline devra impérativement être conservée dans son milieu de culture. Les contenants (bocaux, bonbonnes, bassines) devront laisser passer la lumière et être stockés dans un lieu clair mais à l’ombre, ou être sous éclairage électrique. Même si les cultures de spiruline survivent à des températures inférieures à 10°C, voire à de brèves gelées, il est prudent de ne pas les stocker au-dessous de 18°C pendant de longues périodes, car les risques de contamination augmentent. Le fait que la spiruline prospère en milieu très alcalin présente deux avantages majeurs :

– meilleure absorption du gaz carbonique de l’air
– protection contre les contaminations.

Cette protection nous a été involontairement démontrée au printemps 1997. Nous avions côte à côte deux bassins de spiruline de 10 m², l’un à l’air libre, l’autre protégé de la pluie. Le bassin non protégé ayant débordé a été vidangé et s’est rempli d’eau de pluie, laquelle a été colonisée par des algues vertes unicellulaires (chlamydomonas) et nombre d’animaux (vers rouges, larves de moustiques, insectes nageurs). L’autre bassin a gardé ses spirulines sans contamination. Cependant il ne faut pas croire que seule la spiruline peut croître dans son milieu de culture : d’autres algues, des microorganismes et des animaux peuvent y vivre, d’où nécessité de surveiller les cultures du point de vue contaminants, surtout aux changement de saisons.

* * *

Ceci est un extrait du ”Manuel de culture artisanale pour la production de spiruline par Jean-Paul JOURDAN’,

En plus d’apporter une aide efficaces a la mal nutrition infantile, nous pouvons recommander cette merveilleuses algue dans les cas suivants

  • Augmenter l’endurance et la résistance
  • Complémenter l’alimentation des étudiants
  • Les période de convalescence
  • Retrouver la vitalité
  • La peau, des ongles et des cheveux
  • Complémenter l’alimentation durant la grossesse et l’allaitement  
  • Complémenter l’alimentation durant la ménopause
  • Complémenter un régime minceur

La spiruline est un aliment puissant qui devrait être présent sur toutes les tables.

sa composition est la suivante

 

la spiruline vue au microscope

la spiruline vue au microscope

 

Composition de la spiruline

VITAMINES

Béta-carotène = 1400 mg/kg = 2330 Unités Internationales (U.I.)
E (Tocophérol) = 100 mg/kg
B1 (Thiamine) = 35 mg/kg
B2 (Riboflavine) = 40 mg/kg
B3 ou PP ( Niacine) = 140 mg/kg
B5 (Acide pantothénique) = 1 mg/kg
B8 ou H (Biotine) = 0,05 mg/kg
B12 (Cobalamine) = 3,2 mg/kg (cette B12 ne serait pas totalement assimilable par l’organisme)
Inositol = 640 mg/kg
K (Phylloquinone) = 20 mg/kg

ACIDES AMINES

Alanine = 47 g/kg
Arginine = 43 g/kg
Acide aspartique = 61 g/kg
Cystine = 6 g/kg
Acide glutamique = 91 g/kg
Glycine = 32 g/kg
Histidine = 10 g/kg
Isoleucine = 35 g/kg
Leucine = 54 g/kg
Lysine = 29 g/kg
Méthionine = 14 g/kg
Phénylalanine = 28 g/kg
Proline = 27 g/kg
Sérine =32 g/kg
Thréonine = 32 g/kg
Tryptophane = 9 g/kg
Tyrosine = 30 g/kg
Valine = 40 g/kg

PIGMENTS

Phycocyanine = 150 g/kg
Chlorophylle a = 11 g/kg
Caroténoïdes = 3,7 g/kg
(dont béta-carotène = 1,4 g/kg)

ACIDES GRAS ESSENTIELS

Acide linoléique = 8 g/kg
Acide gamma-linolénique (AGL ou GLA) = 10 g/kg

ENZYME

Superoxyde-dismutase = 1,5 millions d’unités / kg

MINERAUX

Chrome = 3 mg/kg
Calcium = 10000 mg/kg
Cuivre = 12 mg/kg
Fer = 1800 mg/kg
Magnésium = 4000 mg/kg
Manganèse = 50 mg/kg
Phosphore = 8000 mg/kg
Potassium = 14000 mg/kg
Sodium = 9000 mg/
Après nous être penché depuis plusieurs années sur les qualités de cette algue miraculeuse, nous avons décidé de lancer notre propre culture . afin, dans un premier temps, de venir en aide au enfants dénutrits . Puis pour rentabiliser ce projet, en faire profiter les patients du nombre croissant des médecins prescrivant cette Spiruline.
Dans notre prochaine parution,nous aimerions vous faire découvrir le Laos merveilleux pays ou nos missions humanitaire, nous portent depuis une quinzaine d’années et ou nous utiliserons notre spiruline, pour venir en aide aux enfants dénutrits.

A suivre…….. 
repas en restaurant-bateau le long du Mékong

la Phycocyanine

De couleur bleu, la phycocyanine est un joyau thérapeutique,
C’est une réponse très efficace à de nombreuses maladies courantes mais aussi à des maladies plus graves, comme les leucémies et les cancers.
Elle protège l’ADN, répare les méfaits de la radioactivité, de l’intoxication aux métaux lourds. Elle détoxique et soulage votre foie. C’est également un antioxydant puissant .
Elle a une action sur la production des cellules souches.
Les études ont montré la capacité de la phycocyanine à favoriser la différenciation des cellules souches au sein de la moelle osseuse. La phycocyanine favorise l’arrêt de la phase de développement des cellules ainsi que la production de substances nécessaire à la division des cellules responsables de la leucémie myéloïde chronique. La phycocyanine apporte un grand espoir pour les leucémies chroniques ou aigües. Elle est incontournable pour ce type de pathologie, grâce à son effet inhibiteur sur la croissance des cellules K562 de leucémie humaine.
Phycocyanine et immunité
La Phycocyanine a une action antioxydante et antiradicalaire.
Les radicaux libres provoquent des réactions en chaîne et amènent des altérations des phospholipides membranaires et dégradent les tissus conjonctifs. (peau ridée, raideur articulaire, artères durcies…)
Virus
La Phycocyanine a une puissante activité antivirale. La phycocyanine et les éléments associés à la spiruline permettent d’inhiber la réplication du VIH dans les lymphocytes T et les cellules sanguines mononucléaires périphériques à une concentration de 5 à 10 µg/ml. A dose plus forte, elle stoppe la réplication virale. (démontré par la faculté de médecine de l’université Harward à Boston et le Dama Farl Cancer Institute en 1996)

La spiruline et les éléments associés inhibent également d’autres virus tels ceux de la rougeole, de la grippe A, des oreillons, de l’herpès simplex, du cytomégalovirus, en toute innocuité.
La spiruline et particulièrement le calcium spirulant protège les cellules en empêchant la pénétration des virus à travers la membrane.
Cancer
La phycocyanine inhibe les cassures dans les brins d’ADN. Associée aux polysaccharides spécifiques de la spiruline, la phycocyanine permet d’améliorer l’activité enzimatique du noyau cellulaire ainsi que la synthèse réparatrice de l’ADN. (Selon Pang Qishen, Actugenetica, [Chineese Journal of Genetics] v15 1988 et Bahu, Nutrition et cancer 1995 vol. 24 n°2)
Coliques néphrétiques
La phycicyanine s’oppose à la formation de calculs et permet de prévenir et traiter les calculs rénaux ; elle agit également sur les coliques néphrétiques.

Athérosclérose
L’usage régulier de spiruline permet la régression des plaques d’athéromes ainsi que leur prévention. Elle empêche la prévention de caillots. Elle favorise également l’excrétion fécale du cholestérol.

Effet anti-inflammatoire et anti-arthritique
La spiruline est recommandée dans tous les processus inflammatoires et en cas de rhumatismes.

Radiations
La spiruline avec la phycocyanine est d’un usage incontournable dans le cas de rayonnement de nature thérapeutique ou accidentelle.